THE  FRENCH  CURLY HORSES  NETWORK   ACCESSIBLE  BY EUROPEAN  PARTNERS

EN LIEN PERMANANT AVEC / Permanant link with 
Breeders United in Europ of the American CURLY Horse
FR - ENG - NL

 

Contact


 LES ALLERGIES AU CHEVAL


 

Plus d'info sur > jakcurly.com

L’AVIS DU VETERINAIRE
Par le Dr Vétérinaire Jeroen Verschuren


On considère, qu'en France, une personne sur trois est atteinte d'une allergie. Ce qui nous intéresse plus spécialement ici, est l'allergie au cheval, beaucoup plus répandue qu'on ne le pense, avec aujourd'hui un nombre croissant de cavaliers et de propriétaires de chevaux confrontés aux problèmes de l'allergie au contact du cheval.
L'allergène en question provient de la peau du cheval, ce qu'on appelle les squames, volatiles, qui peuvent donc, à l'inhalation provoquer une réaction allergique de type 1, dite humorale, avec, entre autre, largage d'histamines et de kininogènes, vasodilatation, spasmes des muscles lisses, œdèmes et érythèmes cutanés. Donc, la personne qui est en présence du cheval a très vite des démangeaisons, les yeux irrités, le nez qui coule et les bronches qui sifflent, voir même jusqu'à des crises d’asthme. L'allergologue va constater par des tests sanguins et cutanés un taux d'immunoglobulines E élevé.

Pour ce qui concerne le cheval Curly, on ne peut pas dire "non allergique", mais bien "hypoallergénique" : le Curly est porteur d'allergènes, mais à quantités infimes. Les personnes allergiques ne réagiront pas ou peu, en contact avec ces chevaux.
Le Curly est un cheval généralement frisé, à plusieurs degrés différents, voir même à poils raides. L'hypoallergénie ne dépend pas du degré de frisure, un sujet « straight » (à poils raides) peut s’avère tout aussi hypoallergénique qu'un Curly très frisé, mais une personne allergique peu réagir à un Curly donné, et pas à un autre. Il est donc impératif que des tests de contact soient effectués avant toute décision de la personne demandeuse. Après avoir constaté que certaines ne réagissent pas ou peu, il est important de comprendre le pourquoi de ce phénomène.

Des études ont été menées par l'ICHO, registre américain de référence, étudiant surtout la structure de ce poil si différent, qui frise naturellement. Il a été trouvé un poil microscopiquement beaucoup plus fin et une dysplasie folliculaire. Nous allons donc vers une différence de structure protéinique de la peau du Curly par rapport aux autres chevaux. En Allemagne, des chercheurs ont démontré un plus faible taux de protéine dans les squames du Curly, comparés à d'autres races. Faute de crédits posés pour de plus amples recherches, nous restons encore sur bien d'autres interrogations.

 

L’AVIS DU MEDECIN
Par le Dr. Jacques Laurent

Pourquoi le Curly est-il « vaccinant » ?

L’allergie au poil de cheval est en fait une réaction anormale du système immunitaire de l’organisme humain à une protéine contenue principalement dans la peau du cheval. Cette allergie est dite allergie d’hypersensibilité immédiate, où les lymphocytes du sujet fabriquent, au contact de l’allergène, des immunoglobulines de type E. Lors du premier contact avec le cheval, cette phase dite de sensibilisation où le système immunitaire s’informe est cliniquement muette. Les contacts répétés avec le même allergène (qui peuvent d’ailleurs appartenir à des chevaux différents) induisent la production de grandes quantités de lymphocytes “informés” (B) donc d’IgE. La mémoire des cellules immunitaires est très grande, et le temps qui sépare la sensibilisation d’une production suffisante d’IgE, peut se compter en années.

La production massive IgE lors de la réaction allergique est indépendante de la quantité d’antigènes présents dans l’environnement. Les IgE se fixent alors sur certaines autres cellules du système immunitaire comme les mastocytes, qui libèrent à leur tour dans le sang une cascade de médiateurs chimiques qui vont stimuler les organes cibles et provoquer la réaction allergique clinique patente : broncho constriction (asthme) rhinite, eczéma, prurit…mais aussi maux de tête, douleurs abdominales. Si la protéine voit sa structure fine un peu différente, le nombre de lymphocytes informés alertés par la présence de l’allergène sera moindre.
La réponse immunitaire (donc allergique) dysfonctionnera et les symptômes seront plus faibles, voire inexistants. Si de plus, la protéine est produite faible quantité, comme dans le cas du Curly, l’organisme va fabriquer à chaque contact de très petites quantités d’immunoglobulines spécifiques (G4) dirigées contre l’antigène, visant à son éradication de l’organisme. Lorsque le taux de ces anticorps est suffisant, le sujet est protégé. C’est l’effet “vaccinant” de l’antigène, que l’on utilise en pratique courante en médecine sous le nom de désensibilisation.

Ainsi, notre Curly est-il hypo-allergénisant, non seulement parce qu’il induit peu ou pas de crises, mais aussi parce qu’il “vaccine” l’organisme de telle sorte que les cavaliers ainsi désensibilisés pourront espérer aller au contact de chevaux d’autres races, sans être malades.